h1

Ma vie

Je cultive depuis toujours l’envie d’être là où je ne suis pas.

Mon père a grandi en Corse, ma mère au Maroc. J’ai eu une enfance africaine baignée de chaleur, de couleurs, d’odeurs, de douceur et d’indolence. Une exposition de dix années aux UV A et B dont je garde le souvenir heureux d’une vie en plein air, de grands espaces, d’insectes incroyables, de l’océan. Mes amis étaient noirs, blancs, jaunes, français, italiens, américains. Différents et mélangés, nous avions en commun le goût amer de la nivaquine et l’hymne national ivoirien. Petite, j’ai éprouvé les sensations mitigées que procurent l’éloignement puis les retrouvailles avec la France et bien d’autres sentiments forts et contradictoires : la fierté et le regret de ne pas vivre comme les autres, le plaisir de marcher en sandales 365 jours par an et l’envie de toucher la neige.

C’est à Lille, puis à Rouen, qu’adolescente, j’ai pu enfin connaître les trois autres saisons. J’ai appris l’anglais, l’allemand, le russe, milité pour la cause des Irlandais du Sud, manifesté pour les réfugiés chiliens et lutté contre l’apartheid. Fascinée par les auteurs contemporains américains et connaissant par cœur les paroles des chansons de Dylan, j’ai souhaité partir aux Etats-Unis. Cette expérience d’un an a constitué le point d’orgue de mon adolescence.

Depuis, je n’ai cessé de guetter les occasions d’aller voir ailleurs: j’ai déposé une demande d’émigration permanente à l’ambassade d’Australie, prié pour que mon mari obtienne le job qu’il convoitait au Caire, souhaité ardemment que notre couple soit sélectionné pour s’expatrier en Floride. J’ai travaillé dans la succursale française d’une banque de Chicago, rejoint l’équipe pionnière de Disneyland Paris et fait pleurer mes trois enfants à l’annonce d’une possible mutation en Californie…Il y a encore cinq ans, je suivais la piste d’une opportunité à Hong Kong, peu avant de rencontrer mon compagnon italien avec lequel je décidais finalement de m’attarder un peu à Paris; ce qui ne m’empêche pas, chaque fois que je remplis un formulaire de candidature spontanée et que se pose la question fatidique de la mobilité, de cocher invariablement la case oui, puis la case monde.

C’est ainsi.

Publicités

7 commentaires

  1. Bonsoir Carine, quelle maturité dans cette écriture qui a trouvé son alignement avec tes motivations. Je suis tellement heureux de voir ton parcours depuis le 1er LadyBlog de 2009.
    Je continue de « perdre » des femmes, convaincues pourtant à la sortie de l’atelier, et qui baissent les bras devant cette écriture thérapeutique.
    Pour celles qui ne se sentent pas assez forte de tenir seules leur blog, j’ai vient de créer un blog, http://talentsdefemmes.org/ afin que toutes les ladyblogueuses s’y retrouvent chaleureusement et qui vient compléter la page facebook qui compte moins de fans que de blogs créés.
    Non seulement, tu inspires les autres mais tu irradies tes talents par tes propos authentiques. Et si tu revenais le 8 décembre pour expliquer deux trois astuces sur la manière de mettre à jour un blog sur wordpress?
    je t’embrasse

    bertrand


  2. Bonjour,

    je découvre votre blog via un tweet de Virginie Clayssen. J’aime beaucoup le ton et le fond. J’espère que vous continuerez.


    • Merci pour cet encouragement bienveillant à poursuivre ma route dans la blogosphère ; un voyage initiatique qui jusqu’à présent ne m’apporte que des satisfactions, l’une des plus sympathiques étant les escales que l’on fait en chemin. Ainsi, j’ai pu m’attarder sur votre blog http://blog.homo-numericus.net/ que je trouve vraiment remarquable.


  3. Bravo ma Cousine !Tu m’epateras toujours:quelle aisance dans le verbe,dans la structure de phrase mais surtout dans la sensibilite et l’expression de tes emotions.Tu es bien le ‘produit’ de tes parents,individus admirables et courageux,plein d’humour et de tendresse.Merci Carine de m’avoir fait partager ton blog.Franchement comme le questionne si justement ton amie Anne plus haut,pourquoi chercher un poste de DAF?!Tu as beaucoup plus a offrir to the world at large than this very restrictive label!
    Accroches toi, ou comme dirait ‘l’autre’, debranches!
    L’ecriture est peut-etre ce qui te permettra d’aborder la prochaine etape avec serinite …I think it’s worth a try ,no ?Lots of Love.Cj


  4. « Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi : ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voudraient faire le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne veulent rien faire » – Confucius.


  5. Hello, je suis épatée par ton aisance littéraire…
    Et toi qui doutait !


  6. Bonsoir Carine, j’ai lu le résumé de ta vie avec envie et admiration. Cela confirme ce que j’ai ressenti lorsque nous nous sommes brièvement présentées hier. Tu es sûre que tu cherches un poste de DAF ???? Cela m’a l’air bien loin de ta sensibilité, ta créativité et tes expériences vécues.
    En tout cas , tu écris super bien, continue à alimenter ton blog,au moins pour Bertrand et pour nous ( les 4 filles présentes hier)



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :